Billets de la catégorie : L’agriculture en Thaïlande

une catégorie sur l’agriculture thaïlandaise


  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Par Anne Dupré

L’industrie du riz en Thaïlande

L’agriculture occupe une place majeure au sein de l’économie thaïlandaise.

 

Caractérisée par des exportations particulièrement dynamiques, la Thaïlande est un pays agro-exportateur net, ce qui la distingue de la majeure partie des pays du sud. Même si elle ne représente dorénavant que moins de 10% du PIB, l’agriculture occupe près de la moitié de la population active et plus du tiers de la superficie du pays. La paysannerie thaïlandaise est toutefois restée indépendante et de petite taille.

La riziculture constitue l’une des grandes forces de l’agriculture thaïlandaise. Le riz constitue la base de l’alimentation thaïlandaise, avec une consommation supérieure à 150kg par habitant et par an.

Même si une grande partie de la production de riz est autoconsommée, l’industrie rizicole est une source d’importantes exportations et a constitué un moteur de développement non négligeable pour le pays. En 2010-2011, les exportations s’élèvent à 10 millions de tonnes par an sur une production de plus de 30 millions de tonnes.

Avec environ 30% de part de marché, la Thaïlande est à ce jour le premier exportateur mondial de riz.(2012)  Le Vietnam est le deuxième pays exportateur.

Le riz thaï est un riz de très bonne qualité qui s’exporte très bien. Il a cependant l’un des rendements à l’hectare les plus faibles de l’Asie (il est par exemple deux fois moins rentable qu’au Vietnam).

Les politiques étatiques expliquent en partie les performances de la riziculture thaïlandaise sur les marchés mondiaux. Le gouvernement a mis en place une politique d’occupation du territoire en accordant des droits d’usage, voire de propriété, aux exploitants agricoles.

L’extension spatiale des rizières explique ainsi la puissance de la riziculture thaïlandaise.

Par ailleurs, l’industrie du riz thaïlandaise est l’objet d’une politique agricole mise en place par le gouvernement. Il s’agit de la seule vraie politique agricole mise en place jusqu’alors en Thaïlande. Le développement de cette politique étatique s’explique par le fait que la riziculture constitue un enjeu électoral important. Le secteur agricole est avant tout un secteur qui vote puisque la majorité de la population travaille dans l’agriculture. Il est donc tout à fait stratégique pour le gouvernement de mettre en place des politiques d’aides à des fins électorales.

Le gouvernement thaïlandais est ainsi en mesure de contrôler les prix du riz.

Dans le passé, le gouvernement intervenait en garantissant des revenus agricoles aux producteurs de riz. Maintenant, une politique de garantie de prix d’achat a été mise en place. Le gouvernement s’engage à acheter le riz à un prix garanti puis le stocke en espérant le revendre sur le marché. Le riz thaï va alors devoir faire face à un réel problème de compétitivité, les prix étant poussés à la hausse par l’Etat. Ainsi, depuis octobre 2011, l’Etat a acheté plusieurs millions de tonnes à un prix d’environ 50% supérieur au prix du marché.

Cependant, les inondations de novembre 2011 et la politique étatique actuelle pourraient conduire à une baisse des exportations en 2012. On peut donc se demander si, en subventionnant les récoltes de riz, le gouvernement menace les exportations, face à une concurrence qui augmente et à une tendance à la diversification au sein de l’agriculture thaïlandaise.

Sources :

UBIFRANCE à Bangkok

Mission économique & Ambassade à Bangkok

Source : http://blog212.dauphine.fr/lindustrie-du-riz-en-thailande/


  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Actualité – 24 mars, 2009

Source de l’article : http://www.greenpeace.org/belgium/fr/actualites-blogs/actualites/gmo-rice/

 

Pour du riz sans OGM en Asie

 

Les rizières en terrasses d’Ifugao, aux Philippines, qui font partie du patrimoine de l’UNESCO, ont été déclarées sans OGM. Pour appuyer cette déclaration, Greenpeace a mis en place le message “GMO free zone” sur le site. La première ‘rizière artistique’ a été plantée en Thaïlande, symbolisant la solidarité contre le riz génétiquement modifié.

Le riz génétiquement modifié n’est autorisé nulle part dans le monde pour la consommation humaine et la culture commerciale.

gmo-rice

Mais une demande d’autorisation a été introduite au Ministère de l’agriculture philippin et malgré l’interdiction thaïlandaise pour les OGM, nous suivons avec une inquiétude croissante les manœuvres des puissantes entreprises agrochimiques qui font du lobby pour lever cette interdiction.

 

 

 

 

 

 

Des centaines de sympathisants, bénévoles et paysans

ont planté du riz biologique dans la province de Ratchaburi

tentant de réaliser la première œuvre d’art dans une rizière

en Thaïlande.

L’héritage mondial philippin déclaré sans OGM

 

Suite à la déclaration officielle sans OGM d’Ifugao par le gouverneur local et le bourgmestre, les bénévoles de Greenpeace ont mis en place un grand message « GMO free zone » sur les rizières en terrasses. Un panneau a également été mis en place, avec les déclarations des politiciens.

« Les habitants d’Ifugao, qui se soucient de cet héritage culturel vivant, garderont les rizières exemptes d’OGM, comme c’est le cas depuis des générations déjà. Ils protègeront les terrasses de la contamination par les OGM et d’autres interventions de nature à mettre en péril l’intégrité et la valeur universelle du site. Ces rizières resteront une preuve vivante de la relation harmonieuse entre l’homme et la nature, » a dit le gouverneur Baguilat.

the-iconic-philippine-rice-ter

Les rizières en terrasses d’Ifugao existent depuis plus de 3000 ans déjà et s’étendent sur un territoire de 10.360 kilomètres carrés.

En 1995 elles ont été ajoutées à la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que « magnifique paysage culturel vivant alliant parfaitement les valeurs naturelles et culturelles de manière durable ».

Les habitants d’Ifugao plantent leur riz traditionnellement sur des terrasses, sans recourir à des engrais chimiques et des pesticides. 

                                          Les rizières en terrasses d’Ifugao

Une primeur pour la Thaïlande

Des centaines de sympathisants, bénévoles et paysans ont planté du riz biologique dans la province de Ratchaburi, tentant de réaliser la première œuvre d’art dans une rizière en Thaïlande. Ils ont utilisé deux semences de riz différentes, qui coloreront les rizières en vert et en mauve lorsque les plants se seront développés, d’ici quatre mois, moment où les paysans récolteront le riz.

La Thaïlande  est un pays à forte tradition agricole et les paysans sont considérés comme la colonne vertébrale de la collectivité.

greenpeace-supporters-volunte

Sur proposition de Greenpeace, le Guinness Book of World Records a intégré la Thaïlande comme le plus grand exportateur de riz au monde, soit 27% de tout le riz commercialisé dans le monde.

Comme la Thaïlande est un leader mondial dans le commerce du riz, le pays devrait également prendre les devants en matière de culture durable du riz.

En optant pour le riz biologique, la Thaïlande devrait montrer au monde qu’il existe des méthodes écologiques innovantes pour cultiver le riz et montrer aux entreprises agro-chimiques que les pesticides toxiques et la manipulation génétique ne sont pas nécessaires ni souhaités.

 

Les OGM menacent l’héritage asiatique

Greenpeace mène campagne pour une agriculture durable sans OGM, qui protège la biodiversité et apporte une alimentation nutritive et sûre à la population mondiale. Le riche héritage du riz d’Asie est menacé par la culture OGM qui implique des risques pour la biodiversité, la santé des populations, les revenus des paysans et le choix des consommateurs. Greenpeace demande aux autorités philippines une interdiction de la culture des OGM, à commencer par la culture du riz. Nous demandons aux autorités thaïlandaises de refuser officiellement le riz OGM.

Merci à Green Peace pour cet article fort intéressant.

Source de l’article : http://www.greenpeace.org/belgium/fr/actualites-blogs/actualites/gmo-rice/


  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

155799_562639573813286_522769045_n

Le riz, premier rempart contre la faim dans le monde

Pour la FAO, le riz est le seul rempart possible à une éventuelle crise alimentaire semblable à celle de 2007-2008 qui menace d’éclater avec la flambée des cours de céréales.

Le riz, troisième céréale la plus cultivée au monde, sert d’aliment de base pour trois milliards d’êtres humains dans le monde, la plupart vivant en Asie.

Cette année la FAO table sur une campagne 2012-2013 normale, et de prix stagnants autours de 580 dollars la tonne pour le riz thaï.

Mais les récoltes futures risquent d’être pénalisées par la stagnation des rendements qui affecte les 155 millions d’hectares de rizières cultivées dans le monde.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que la production mondiale de riz pour 2012 devrait être légèrement en baisse par rapport à celle prévue initialement, en raison des pluies de mousson en Inde inférieure à la normale.

L’indicateur du Marché du riz, publié en août par la FAO, affirme que la production devrait s’élever à 724,5 millions de tonnes – une révision à la baisse de 7,8 millions de tonnes par rapport à la prévision faite en avril. Mais la production mondiale devrait encore légèrement                                                                                                                      dépasser les résultats obtenus en 2011.

La FAO s’attend à ce que l’Asie – producteur mondial de riz de premier plan – récolte 657 millions de tonnes en 2012, en hausse de 0,4 % sur l’an dernier.
Accroitre les rendements de près de 20%, grâce à un nouveau gêne.
Un espoir pour les prochaines récoltes: les chercheurs ont mis la main sur un gène qui permet au plant de riz de mieux se développer sur des sols très pauvres en phosphore et d’accroitre les rendements de près de 20%.

rizEn Thaïlande plus encore que dans d’autres pays d’Asie, le riz reste un enjeu politique. L’année dernière, le gouvernement du Parti Pheu Thai, vainqueur des élections en juillet 2011, a tenu une de ses promesses électorales en achetant le riz 50% plus cher que ne l’impose les prix du marché.

 Un programme qui a permis de stocker des quantités de riz sans précédent.
La Thaïlande a perdu sa première place sur le marché du riz Pour cette raison, la Thaïlande n’est plus le premier pays exportateur de riz, mais continue d’être celui qui gagne le plus d’argent, car la variété thaïlandaise (dite Jasmine rice, bien qu’elle n’ait pas grand chose à voir le jasmin) reste très prisée sur les marchés internationaux en raison de sa qualité supérieure.

Le nouveau système s’est attiré les critiques de nombreux économistes, et du gouvernement américain qui a déclaré que le rachat par l’Etat du riz à des prix élevé équivaut à une subvention commerciale, pratique illégale au regard des règlements de l’Organisation mondiale du commerce. Le programme est fréquemment décrit comme couteux et peu efficace, car profitant surtout aux intermédiaires et aux grossistes, et peu aux riziculteurs.

Mais la menace d’une nouvelle crise alimentaire à laquelle la planète devra faire face, plane de nouveau, après celle de 2008, quand les prix du riz avaient brièvement dépassé les 1000 dollars la tonne.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, le prix des céréales, dont le riz, risque d’augmenter d’au moins 20 % en 2013. Ne serait-ce qu’en juillet 2012, les prix de l’alimentation ont grimpé de 6 %. A terme le programme de stockage de riz du gouvernement thaïlandais pourrait donc se révéler très rentable pour le gouvernement.
D’ici à la fin de l’année 2012, les 17 millions de tonnes de riz stocké dans plusieurs régions thaïlandaises pourraient voir leur valeur doubler.

Lire aussi Le riz, premier rempart contre la faim dans le monde - Actu, économie – thailande-fr.com


  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS



  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS



  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS



  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS