• Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • Viadeo FR
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Par Anne Dupré

L’industrie du riz en Thaïlande

L’agriculture occupe une place majeure au sein de l’économie thaïlandaise.

 

Caractérisée par des exportations particulièrement dynamiques, la Thaïlande est un pays agro-exportateur net, ce qui la distingue de la majeure partie des pays du sud. Même si elle ne représente dorénavant que moins de 10% du PIB, l’agriculture occupe près de la moitié de la population active et plus du tiers de la superficie du pays. La paysannerie thaïlandaise est toutefois restée indépendante et de petite taille.

La riziculture constitue l’une des grandes forces de l’agriculture thaïlandaise. Le riz constitue la base de l’alimentation thaïlandaise, avec une consommation supérieure à 150kg par habitant et par an.

Même si une grande partie de la production de riz est autoconsommée, l’industrie rizicole est une source d’importantes exportations et a constitué un moteur de développement non négligeable pour le pays. En 2010-2011, les exportations s’élèvent à 10 millions de tonnes par an sur une production de plus de 30 millions de tonnes.

Avec environ 30% de part de marché, la Thaïlande est à ce jour le premier exportateur mondial de riz.(2012)  Le Vietnam est le deuxième pays exportateur.

Le riz thaï est un riz de très bonne qualité qui s’exporte très bien. Il a cependant l’un des rendements à l’hectare les plus faibles de l’Asie (il est par exemple deux fois moins rentable qu’au Vietnam).

Les politiques étatiques expliquent en partie les performances de la riziculture thaïlandaise sur les marchés mondiaux. Le gouvernement a mis en place une politique d’occupation du territoire en accordant des droits d’usage, voire de propriété, aux exploitants agricoles.

L’extension spatiale des rizières explique ainsi la puissance de la riziculture thaïlandaise.

Par ailleurs, l’industrie du riz thaïlandaise est l’objet d’une politique agricole mise en place par le gouvernement. Il s’agit de la seule vraie politique agricole mise en place jusqu’alors en Thaïlande. Le développement de cette politique étatique s’explique par le fait que la riziculture constitue un enjeu électoral important. Le secteur agricole est avant tout un secteur qui vote puisque la majorité de la population travaille dans l’agriculture. Il est donc tout à fait stratégique pour le gouvernement de mettre en place des politiques d’aides à des fins électorales.

Le gouvernement thaïlandais est ainsi en mesure de contrôler les prix du riz.

Dans le passé, le gouvernement intervenait en garantissant des revenus agricoles aux producteurs de riz. Maintenant, une politique de garantie de prix d’achat a été mise en place. Le gouvernement s’engage à acheter le riz à un prix garanti puis le stocke en espérant le revendre sur le marché. Le riz thaï va alors devoir faire face à un réel problème de compétitivité, les prix étant poussés à la hausse par l’Etat. Ainsi, depuis octobre 2011, l’Etat a acheté plusieurs millions de tonnes à un prix d’environ 50% supérieur au prix du marché.

Cependant, les inondations de novembre 2011 et la politique étatique actuelle pourraient conduire à une baisse des exportations en 2012. On peut donc se demander si, en subventionnant les récoltes de riz, le gouvernement menace les exportations, face à une concurrence qui augmente et à une tendance à la diversification au sein de l’agriculture thaïlandaise.

Sources :

UBIFRANCE à Bangkok

Mission économique & Ambassade à Bangkok

Source : http://blog212.dauphine.fr/lindustrie-du-riz-en-thailande/

The following two tabs change content below.